Le Pacaya

{short description of image}

Aussitôt arrivés à Guatemala Ciudad, et après un peu coûteux repas de rue, nous nous préparons et réfléchissons à notre programme. Nous n'avons pour l'instant réservé qu'une nuit à l'hôtel dos Lunas, et une voiture dont nous prendrons possession demain ; et un seul objectif : voir de belles explosions du Fuego.

Des volcans et de la bière... le voyage s'annonce bien ! Repas dans un restaurant de rue Les locaux de l'INSIVUMEH
Nous sommes les bienvenus Repas à Guatemala City Insivumeh

Une visite à l'Insivumeh, où nous rencontrons Gustavo nous éclaircit les idées : le prochain paroxysme du Fuego est attendu dans une semaine. Nous avons donc le temps d'aller faire un tour sur le Pacaya ! Le soir, nous restons en ville, pour répondre à l'invitation du docteur Alfredo Mac Kenney, personnage haut en couleurs de 92 ans, qui connaît le Pacaya mieux que personne, et a donné son nom au cratère actif du volcan.

Et dès le lendemain nous prenons la direction de San Francisco de Sales, au pied du volcan, où un petit hôtel s'est ouvert.

Préparation du voyage, avec Alfredo Point de vue sur le volcan Le Pacaya a rendez-vous avec la lune
Insivumeh Point de vue sur le Pacaya Le Pacaya a rendez-vous avec la lune

Nous faisons un petit tour dans l'après-midi vers la laguna de Calderas. Dès cinq heures du matin, nous entamons la montée, à la lueur de la frontale ; le bureau du parc n'est pas encore ouvert, et nous ne sommes pas sollicités par les guides pour un sentier qui ressemble maintenant à un autoroute. Par contre... nous montons dans le brouillard. Nous attendons au bord de la caldeira que le jour arrive ; et au bout d'un moment, le miracle se produit : la vue se dégage !

Eglise de San Francisco de Sales Laguna de Calderas, au soleil couchant Montée vers le Pacaya ; le brouillard se dissipe enfin
Eglise de San Francisco de Sales Laguna de Calderas Montée vers le Pacaya

Nous attaquons donc la montée du cratère Mac Kenney ; dont l'accès est normalement interdit en raison des gaz. Nous choisissons notre itinéraire de montée pour arriver du bon côté au sommet...ce qui nous conduit à affronter de face une véritable tempête ; chaque pas est un effort, et il en sera de même dans la descente.

Au bord de la caldeira Le sommet est dégagé, nous pouvons y aller Montée vers le Pacaya
Au bord de la caldeira La Pacaya se dégage Montée vers le Pacaya

Le spectacle est magnifique ; un cône coloré par les émanations de soufre se développe à l'intérieur du cratère. Au loin, on distingue parfaitement l'Agua, l'Acatenango et le Fuego, qui produit épisodiquement de belles bouffées de cendres.

C'est la tempête... Arrivée sur le cratère Cratère du Pacaya
C'est la tempête Arrivée sur le cratère Cratère du Pacaya

De temps en temps, le cratère se remplit de gaz, que le vent éloigne aussitôt de nous.

Gaz dans le Pacaya, panache sur le Fuego Fumerolles dans le cratère La végétation reprend ses droits
Cratère du Pacaya Fumerolles dans le cratère du Pacaya La végétation reprend ses droits

Nous attaquons bientôt la descente ; nous croisons un groupe qu'un garde accompagne vers le sommet ; l'accès au cratère n'est pas si interdit que cela.... Puis des groupes toujours plus nombreux (c'est le week-end), qui restent au pied du volcan. Nous repartons ensuite pour une nuit à Guatemala Ciudad, car nous avons réservé un tour en avion pour demain matin.

 Coulée de 2010 La coulée a buté contre la paroi de la caldeira Point de vue sur le Pacaya
Coulées de 2010 La coulée bute sur les parois de la caldeira Point de vue sur le Pacaya
Objectif Fuego
Pour afficher les photos de la page sous forme de diaporama, cliquez sur ce lien
(C) P. Leflon ; dernière mise à jour :10/02/2017